Les Points d’Eau Incendie (PEI) sont des équipements fondamentaux en matière de défense extérieure contre l’incendie (DECI). Que l’on parle de points d’eau sous pression (bouches et poteaux d’incendie) ou de points d’eau d’aspiration (citernes souples ou rigides), il existe des normes strictes pour installer et changer des points d’eau incendie en privilégiant, la sécurité, la traçabilité et l’accessibilité avant tout !

Mais comment changer un point d’eau incendie ? En fonction du type de PEI auquel vous avez à faire, il existe un ensemble d’informations à connaître en matière de normes et de prise en charge, et de défense incendie. Apte à effectuer le contrôle technique et la maintenance de vos points d’accès incendie en vue d’un remplacement ou non, la société AQUAFUITE VALENGREEN vous éclaire sur le changement d’un Point d’Eau Incendie selon son type, sa nature (publique ou privée), et sa disponibilité.

Dans quels cas changer un Point d’Eau Incendie ?

Avant d’envisager le changement d’un point d’eau incendie, il est essentiel d’évaluer son état et sa disponibilité en se référant au règlement départemental de défense extérieure l’incendie (RDDECI) associé à votre localisation géographique.

De manière générale, la vérification d’un poteau incendie ou de tout autre PEI a pour but de s’assurer de sa disponibilité opérationnelle permanente. Effectivement, tout point d’eau incendie doit être un aménagement fixe répondant à des critères d’accessibilité, de pérennité, de volume et de débit. En cas de défaillance technique ou de non-conformité d’un PEI avec les règles du SDIS, il faudra donc envisager un changement en tenant compte de la réglementation en vigueur.

Dans certains cas, changer un point d’eau incendie consiste à remplacer une pièce obsolète ou inexistante (vanne, signalisation, avant d’effectuer un contrôle global pour s’assurer de la disponibilité de ce dernier.

Quelle réglementation pour changer un Point d’Eau Incendie sous pression ?

Le RDDECI est un règlement établi par le Service Départemental d’Incendie et de Secours (SDIS), sous l’autorité du préfet, pour définir des mesures de défense extérieure contre l’incendie sur le territoire départemental. Selon votre département, la réglementation pour changer un point d’eau incendie est donc amenée à varier pour plusieurs raisons telles que l’environnement géographique, le climat, le nombre d’habitations, ou encore, les décrets des pouvoirs de police administrative.

Lorsqu’il faut changer un poteau incendie : ce que dit le SDIS

Avant de changer un poteau incendie, il s’agira d’effectuer une reconnaissance opérationnelle et un contrôle visuel comme le préconise le RDDECI. C’est seulement après avoir émis un rapport détaillé à destination du SDIS à la suite du contrôle technique du poteau d’incendie que le remplacement du poteau incendie pourra être effectué et financé par le SDIS s’il s’agit d’un poteau d’incendie public.

Voici les principales raisons pour lesquelles un poteau d’incendie peut être déclaré indisponible et, donc, potentiellement soumis à une demande d’intervention qui inclut un éventuel remplacement de ce dernier.

  1. Débit inférieur à 30 m³ (sauf si le PEI est considéré comme un point d’eau complémentaire sur la carte des points d’eau incendie).
  2. Pression inférieure à 0,5 bar.
  3. Approvisionnement en eau jugé insuffisant à la suite du contrôle du réseau d’alimentation réalisé sur une durée déterminée.
  4. Dégradations face aux aléas extérieurs : climat, températures, intempéries…
  5. Non-respect des distances et des dimensions, incluant notamment la distance entre la voie accessible aux engins de secours et la chaussée, les dimensions de l’aire de retournement, et les dimensions de l’aire d’aspiration s’il s’agit d’un poteau d’aspiration (PA).
  6. Absence de signalétique, ou signalétique du poteau d’incendie non conforme au RDECCI.
  7. Raccord du poteau d’incendie considéré comme obsolète ou non conforme à la réglementation. Cela inclut, par exemple, un diamètre insuffisant ne permettant pas aux pompiers de se raccorder correctement au réseau d’eau en cas d’incendie.
  8. Mauvais état de l’appareil pouvant nécessiter le changement d’une pièce ou le remplacement du PEI selon l’anomalie constatée.

Changer une bouche incendie : la même chose que le remplacement d’un poteau d’incendie ?

Les bouches et les poteaux d’incendie sont considérés comme des points d’eau incendie sous pression. En ce sens, on peut dire que les caractéristiques opérationnelles de ces deux PEI sont les mêmes. Lors d’un contrôle visuel ou d’une reconnaissance opérationnelle, on se conformera donc aux mêmes critères pour vérifier l’état et la disponibilité d’une bouche ou d’un poteau d’incendie.

Si l’on décide de changer une bouche d’incendie, ce serait potentiellement pour des raisons d’efficacité liées au débit ou à la pression. Néanmoins, le non-respect de la signalisation, du balisage ou des codes couleurs, ou une défaillance d’une pièce après un contrôle technique peuvent aussi nécessiter le changement d’une bouche incendie.

Remplacer un point d’aspiration incendie, c’est possible ?

À la différence du point d’eau incendie sous pression, le point d’aspiration incendie prend la forme d’une réserve d’eau dotée d’une vanne ou de tout autre élément permettant aux pompiers de bénéficier d’un accès direct à de l’eau d’extinction.

Que l’on parle de réserves d’eau naturelles ou artificielles, plusieurs critères font régulièrement l’objet de contrôles afin d’assurer l’efficacité, l’accessibilité et la disponibilité des points d’aspiration incendie à tout moment. D’ailleurs, ces mêmes exigences sont appliquées vis-à-vis des points d’eau incendie sous pression. Néanmoins, le changement d’un point d’aspiration incendie varie selon sa nature : réserve naturelle ou artificielle.

Aménagement et mise aux normes du point d’aspiration incendie

Pour qu’un point d’eau soit considéré comme un point d’aspiration incendie conforme aux normes de défense-incendie, certains aménagements faisant appel à des ressources humaines et matérielles sont nécessaires.

S’il s’agit d’un point d’aspiration en milieu naturel (rivière, lac, canal, douves…), on ne parlera pas vraiment d’un changement de PEI, mais plus d’aménagement et de mise aux normes en fonction des critères propres à tous les points d’aspiration :

  • Nature du point d’eau : chaque point d’aspiration est associé à des règles précises.
  • Volume d’eau notamment fixé à 30 m³ pour tous les PEI.
  • Débit de réalimentation en eau en m³ par heure.
  • Dimensions de l’aire d’aspiration.
  • Dimensions des voies d’accès réservées aux engins d’incendie et de secours.
  • Statut de disponibilité du point d’aspiration.

Changer une citerne souple, une réserve enterrée, ou un poteau d’aspiration

Envisager de remplacer un point d’eau incendie artificiel tel qu’une citerne souple, une réserve rigide, ou un poteau d’aspiration (PA) est tout à fait concevable, car on parle ici de dispositifs matériels devant être vérifiés, installés, entretenus, et remplacés pour rester conformes à la réglementation ainsi qu’aux critères énoncés ci-dessus.

Pour changer un point d’eau incendie de type réservoir ou puit d’aspiration (PA), il faut tout d’abord acheter une réserve d’eau ou un poteau d’aspiration conforme aux normes du SDIS. Ensuite, l’installation de votre point d’aspiration artificiel dépendra de sa nature : réserve d’eau hors-sol, citerne incendie enterrée, ou poteau d’aspiration…

Vous ne savez pas comment installer une citerne souple ? L’équipe de la société AQUAFUITE VALENGREEN est en mesure de procéder à son installation, mais également à toute opération de maintenance ou de réparation. Le changement d’un point d’aspiration tel que la citerne souple peut aussi être pris en charge par nos experts en installations thermiques et hydrauliques conformément aux normes de défense incendie.

2 / 64